Audi SQ2

Audi SQ2

Ptite teigne !

Dans la vie, on peut être petit par la taille mais grand par le talent. C’est le cas de ce Q2, vraiment décalé et irrésistible lorsqu’il endosse la tenue de sport « S ». Une méchante ptite teigne…

Par Jack Seller, photos Thomas Riaud

En bref
Version sportive inédite du Q2
Moteur de la S3
4 cylindres 2.0 TFSI de 300 ch
Prix : 50 900 € (à partir de, hors malus de 2940 €)

Audi SQ2
Rouler en SQ2 suppose d’avoir de solides finances, car cette puce affichée à partir de 50 900 € hors option, taxée à hauteur de 19 CV en France, écope de surcroît d’un malus rondelet de 2940 €. En clair, pour avoir un SQ2 qui va bien, prévoyez au bas mot 60 000 € !

Dans l’immeuble d’un ami, il y a au second étage une terreur redoutée de tous, pas bien grosse mais pourtant déchaînée : c’est le Youki de mamie Hortense, un petit caniche qu’il vaut mieux avoir en photo qu’en vrai, car rien qu’en passant sur le palier, on peut l’entendre hurler et mordre le bas de la porte.

Dans mon quartier, aujourd’hui, il y a une autre sale petite bestiole prête à montrer les crocs d’un genre bien différent, et cette fois, c’est moi le responsable : je viens de ramener à la maison le nouveau SQ2 ! Enfin un engin sympa, qui nous change des mixeurs électriques que l’on tente de nous fourguer en nous promettant monts et merveilles.

Avec ce petit teigneux de 4m19 de long, on est au moins en terrain connu, puisqu’il abrite sous son capot un 4 cylindres 2.0 TFSI bien connu de nos services, puisque emprunté à la méchante S3. Sauf qu’implanter dans un SUV urbain de la taille d’un Renault Captur un berlingot de 300 ch, voilà qui est en revanche déjà plus singulier ! Qui a dit que les allemands n’avaient pas d’humour ?

Complètement décalé, cet improbable SQ2 va à contre-courant des tendances pesantes du moment, en adressant un magistral pied de nez aux khmers verts et autres anti-bagnoles qui sévissent partout en Europe. Sans doute pour éviter de trop s’attirer les foudres de ces nombreux détracteurs, le SQ2 la joue relativement discret et modeste sur le plan du look. Franchement, même peint comme ici en rouge vif pour faire plus « sport », à aucun moment on a l’impression d’être en présence d’une petite bombe de 300 ch.

Audi SQ2
Le SQ2 cache bien son jeu, en s’habillant d’une robe pour le moins discrète… sauf si vous cochez toutes les options, pour vous rapprocher de notre modèle d’essai !

Pour un peu, on prendrait ce Q2 pour une simple déclinaison S line. Il faut un œil averti pour remarquer que notre engin, posé sur des jantes de 18 pouces, est abaissé de 2 cm. Et plus que la proue, assez timide malgré l’adoption d’une calandre intégralement peinte en noir, c’est encore l’arrière qui intimide le plus. Outre un logo SQ2 apposé sur le hayon, qui annonce enfin clairement la couleur sur son caractère belliqueux, on remarque surtout la présence de 4 sorties d’échappement, un détail un peu incongru sur un SUV urbain.

« Pour donner au SQ2 une vraie gueule en rapport avec sa puissance de feu, il vous faudra sélectionner quelques packs Intérieur ou Extérieur »

L’habit ne fait pas le moine

Donc, clairement, l’habit ne fait pas le moine, et le plumage de ce SQ2 ne nous semble pas vraiment à la hauteur du ramage proposé par la mécanique.

Un mauvais point, surtout pour un Q2 dont le prix de base est « juste » deux fois supérieur à celui du modèle d’entrée de gamme (Q2 30 TFSI 116 ch à 26 490 €), puisque cette déclinaison sulfureuse ne doute de rien en s’affichant à partir de… 50 900 € ! Un prix stratosphérique qui ferait presque passer le récent CupraAteca de puissance identique pour une bonne affaire (42 500 €), surtout que ce SQ2 se montre de surcroît perfectible en finition et en plus pingre en équipement de série. Alors certes, il y a bien de compris la clim bizone, le GPS couleur à écran 8,7’’, les sièges sport mixant cuir et alcantara, l’Audi drive select ou le radar de recul.

Audi SQ2
L’intérieur s’inspire étroitement de l’A3, en héritant en grande partie de sa planche de bord, mais trop de plastiques bas de gamme s’invitent à bord.

Mais il faudra mettre la main à la poche pour bénéficier d’équipements souvent offerts dans n’importe quelle berline compacte un peu premium, comme la caméra de recul, l’accès et le démarrage clef mains-libres, une paire de filets de rangement dans le coffre ou les vitres arrière surteintées.

Et pour peaufiner le travail un peu léger des stylistes Audi, et donner enfin au SQ2 une vraie gueule en rapport avec la puissance de feu de son moteur, il vous faudra sélectionner quelques packs Intérieur ou Extérieur. Des packs facturés au prix fort bien sûr, puisque le pack extérieur « full black » de notre modèle d’essai, comprenant en plus les jantes de 19 pouces et les stickers « quattro » collés sur les portes arrière, il faut compter 2200 €.

Quant aux beaux sièges en cuir Nappa matelassé bicolore et les diffuseurs cerclés de rouge qui apportent une salutaire touche de couleur à l’intérieur, comptez 1800 € supplémentaires. Et sans vous forcer, vous pouvez rajouter facilement encore 3000 € d’équipements en plus en parcourant les 5 pages d’options proposées. Forcément, ça plombe un peu l’ambiance au moment de prendre la route. Les planètes ne semblent pas vraiment s’aligner pour notre petit SQ2 au look trop sage mais au tarif au contraire bien prétentieux…

Pourquoi est-il aussi méchant ?

En laissant Paris et ses bobos loin dans les rétros, je peux commence à me familiariser avec la bête. Une bête toujours étonnamment douce et prévenante dans les encombrements urbains, signe que ce SQ2 a bien dans les gènes l’ADN d’un SUV compact.

interieur

Compact et « bien urbain », avec une sonorité sage, des vibrations moteur bien maîtrisées, y compris au niveau du stop&start, une direction douce et légère et une boîte S-tronic à 7 rapports, seule transmission ici disponible, qui repose elle aussi par bonne gestion. En fait, seule la fermeté un poil excessive de l’amortissement, sur les nombreux nids de poule, vous rappelle que ce Q2 est un peu particulier. Une singularité qui explose au grand jour lorsque la pédale de droite entre en contact avec la moquette !

Cette fois, le sage Q2 rentre au garage pour lâcher le SQ2, le 2.0 TFSI partagé avec la S3 transfigurant la voiture ! Une puissance de 300 ch, ce n’est pas rien, surtout que les 400 Nm de couple sont disponibles très tôt, sur une très large plage d’utilisation (de 2000 à 5200 tr/mn). Il se permet même d’offrir un regain de vitalité passé le cap déjà haut perché des 5000 tr/mn, signe qu’il a vraiment sale caractère !

Et à la conduite, cela se ressent. Dans le bon sens du terme, car toute la puissance passe sans broncher au sol, sur les 4 roues, grâce à la présence imposée de la transmission intégrale quattro (Haldex). Du coup, chaussé sèche ou pas, on profite sans retenu des accélérations explosives distillées par cette mécanique de feu, le 0 à 100 km/h étant expédié en moins de 5 secondes (4,8 sec). Qui en dit autant dans la catégorie ? Personne, et d’ailleurs, en regardant bien, ce méchant SQ2 se hisse au niveau des plus redoutables GTI compactes, du type Mégane RS.

volant tableau de bord

Le mieux est que le comportement routier est au diapason. Hormis le fait d’être assis plus haut, on retrouve à peu de choses près les sensations attendues d’une GTI avec un train avant suffisamment tranchant (mais quand même pas autant que celui d’une berline) et même une belle agilité avec un train arrière joueur. Et en fonction de l’humeur du pilote, les programmes de conduite offert par l’Audi drive select permettent, si vous le souhaitez, d’alourdir la direction et surtout de libérer les échappements, qui vous gratifient alors en mode Dynamic, de sympathiques pétarades. Pas très politiquement correct, mais c’est irrésistible !

« En regardant bien, ce méchant SQ2 se hisse au niveau des plus redoutables GTI compactes, du type Mégane RS »

L’avis d’Avus

Vous le savez, nous ne sommes pas fan des SUV, et en particulier du Q2, que nous trouvons horriblement cher rapporté à ses prestations, qui n’apportent finalement pas grand-chose dans une catégorie déjà saturée de modèles intéressants.

Audi SQ2
Non content d’être très rapide et efficace, ce SQ2 sait aussi se montrer joueur du train arrière. Si en plus les SUV savent maintenant être sympas et sportifs à conduire !

Mais quitte à se ruiner, autant le faire pour une bonne raison ! Et dans le cas de ce surprenant SQ2, la donne change complètement, car Audi est parvenu à nous pondre un improbable engin qui cultive les paradoxes, tout en restant très efficace et attachant ! Seul au monde sur le marché, le SQ2 n’a finalement qu’une seule limite : celle qu’une clientèle forcément passionnée sera prête à mettre dedans.

MOTEUR

Fiche Technique

On aimeOn aime moins
Concept uniquePrix délirant
Performances étonnantesOptions à rallonge
Plaisir de conduite – efficacitéMalus décourageant
Polyvalence (excepté coffre trop petit)Finition perfectible
  • Moteurs : 4 cylindres TFSI, 1968 cm3
  • Puissance (ch à tr/mn) : 300 à 5300 à 6500
  • Couple (Nm à tr/mn) : 400 à 2000
  • Transmission : aux 4 roues, boîte S-tronic à 7 rapports
  • Freins : Disques ventilés, étriers à 4 pistons (AV et AR)
  • Pneumatiques : 235/45 R 18 (AV et AR)
  • L x l x h (en m) : 4,19 / 1,79 / 1,514
  • Volume du coffre (en L) : 355
  • Poids à vide (kg) : 1510
  • 0 à 100 km/h (sec) : 4,8
  • Vitesse maxi (km/h) : 250
  • Émissions CO2 (g/km) : 159

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.