Audi S7

Audi S7 Sportback

Contrôlée positif !

Certains se dopent pour améliorer leurs résultats sportifs. Cela concerne précisément cette nouvelle S7 Sportback. Car en endossant l’habit de lumière siglé « S », l’A7 a recours à de nombreux subterfuges pour booster ses performances. En plus d’une injection directe haute pression, on ne compte pas moins de 2 turbos, mais aussi d’un compresseur électrique. Ah, dernière précision : elle carbure au… diesel !

Par Jack Seller, photos DR

En bref
Seconde génération de S7 Sportback
Délaisse le V8 TFSI pour un V6 TDI
Electrification partielle 48 V
Performances : 0 à 100 km/h en 5,1 sec – 250 km/h

Face

On vit une bien curieuse période, pleine de contradictions. Au moment où Audi défend bec et ongles le tout nouveau e-tron quattro, son premier SUV 100% électrique, voilà qu’il lance dans le même temps de nouveaux modèles sportifs badgés « S », motorisés par du… diesel ! Faut-il y voir une forme de renoncement ou d’aveu ?

Nous nous garderons bien de répondre à cette question, même si nous avons un avis clair à ce sujet. Nous dirons en revanche que, non seulement le diesel n’est pas mort, mais qu’en plus ce type de motorisation a une totale légitimité pour les grosses routières. Il est clair que l’A7 Sportback de seconde génération, lancée courant 2018, en fait partie. Si on pouvait reprocher à la première mouture un mimétisme navrant avec l’A6 dont elle dérivait, que ce soit au niveau de la face avant ou de la planche de bord, ce second opus fait enfin preuve d’une réelle exclusivité.

C’est le cas sur la forme, même si, là encore, cette A7 partage tout ses principaux composants techniques avec l’A6 du moment, à tel point qu’Audi ose lancer conjointement le dérivé S6. Mais pour distinguer l’une de l’autre, les choses se font ici de façon bien plus subtile.

Profil Audi S7 Sportback
La S7 Sportback n’est pas seulement qu’une belle voiture. Elle est aussi pratique, facile à vivre et parfaite pour voyager confortablement vite et loin.

La proue de cette A7 est nettement plus agressive que celle de l’A6, en héritant d’une calandre singleframe plus basse et large qu’à l’accoutumée, tandis que l’arrière tout entier est barré d’un grand bandeau horizontal en guise feux. Des feux qui, au passage, effectuent un véritable cérémonial lumineux à l’ouverture et fermeture des portes. Enfin, c’est encore de profil que la longiligne Sportback fait honneur à son patronyme, avec cette forme singulière de coupé-berline qui plaît tant. Une forme sublimée en livrée « S »…

« Luxueuse et high-tech, la S7 Sportback n’a pas grand-chose à envier à une A8 »

Garder la ligne

Comme toutes les Sportback, la S7 fait tout pour garder la ligne et pour y parvenir, elle milite pour la présence d’une cinquième porte, ce fameux hayon si pratique au quotidien, qui donne accès à un vaste coffre modulable, tout en assurant une allure de coupé à la voiture. Afin de ne pas altérer ce profil avantageux, Audi a pensé à doter ce hayon d’un aileron parfaitement intégré, invisible à l’arrêt, puisqu’il se déploie électriquement à bon escient, au-delà des 100 km/h, pour optimiser l’appui. Bien sûr, à l’instar des autres Audi appartenant à la prestigieuse lignée S, cette S7 bénéficie de quelques coquetteries stylistiques.

Audi S7 Sportback
Comme d’habitude, beaucoup d’options restent disponibles, mais boîte automatique Tiptronic à 8 rapports et transmission intégrale quattro sont livrées de série.

On reste toujours dans la suggestion et le subtil, laissant le tapageur à d’autres, puisque la S7 se limite à l’adoption de belles jantes spécifiques de 20 pouces, de boucliers exclusifs, celui à l’avant étant garni d’entrées d’air majorées, tandis que celui placé à l’arrière reçoit un diffuseur, cerné par des sorties d’échappements ovales. Pour parfaire ce look un rien suggestif, mentionnons la présence d’un châssis sport abaissé de 10 mm, et la présence immuable de coques de rétroviseurs extérieurs en aluminium brossé.

Sportive, la S7 reste d’abord luxueuse et high-tech, au point de ne pas avoir grand-chose à envier à une A8. Sauf que la présentation intérieure est beaucoup plus jeune dans l’esprit, avec des trois écrans numériques orientés vers le conducteur. Outre le cockpit virtuel, réservé aux compteurs, les deux autres écrans sont dévolus à l’info divertissement et aux fonctions de confort. L’ambiance intérieure est au diapason du traitement extérieur avec de série des sièges « sport » enveloppants en alcantara, des inserts d’aluminium, un pédalier en inox et des seuils de portes rétro éclairés. Dommage que le volant à méplat reste en option. Ce qui est d’ailleurs le cas de pas mal d’équipements plus ou moins indispensables. Y compris des éléments techniques pouvant transfigurer la conduite.

Interieur

Ainsi, de base, la transmission favorise l’essieu arrière à hauteur de 60% pour garantir un bon dynamisme. Selon les conditions, jusqu’à 70% du couple peuvent être envoyés aux roues avant ou 85% à l’arrière, transformant la S7 en une quasi-propulsion. Si la direction adaptative, la suspension pilotée ou l’Audi drive select sont livrés de série, les roues arrière directrices et un différentiel arrière « sport » restent hélas optionnels, de même qu’un amortissement pneumatique adaptatif. De série, le freinage est assuré par des disques de 400mm de diamètre à l’avant et 350mm à l’arrière, mais des disques carbone-céramique optionnels figurent au catalogue. Vient le morceau de choix de ce modèle : son moteur !

Dopée à mort !

Avant que la France n’adopte une fiscalité automobile confiscatoire et délirante, la S7 s’en remettait à un noble V8 4.0 TFSI de 420 ch. Désormais, pour éviter le super malus fixé à 10 500 € et sombrer dans l’oubli, la S7 (et S6) n’a d’autre choix que de se convertir sous nos latitudes au diesel, l’essence restant proposé en Asie au Moyen-Orient et aux USA. Ainsi, pour la première fois de son histoire, la S7 adopte un TDI !

Mais pas n’importe lequel. Il s’agit d’un V6 3.0 épaulé par la micro-hybridation 48V avec alterno-démarreur, couplé à une boîte Tiptronic à 8 rapports. La puissance est coquette (349 ch, soit 2 ch de plus que sur le nouveau SQ5), mais c’est surtout la valeur de couple qui fait la différence. Avec pas moins de 700 Nm disponibles de 2 500 à 3 100 tr/min, la courbe du couple devient temporairement une ligne droite ! Evidemment, avec un tel moteur dopé à mort et le travail de la transmission intégrale quattro, les performances sont au rendez-vous, avec un 0 à 100 km/h expédié en seulement en 5,1 secondes.

Pare choc avant
La S7 Sportback TDI ne réclame que 5,1 sec de 0 à 100 km/h, soit 0,5sec de plus que l’ancienne version dotée d’un V8 TFSI de 450 ch. C’est aussi moins bien qu’une Mercedes E 400 d 4Matic de 340ch (4,9sec) ou une BMW 540d xDrive de 320ch (4,7sec), seules rivales directes.

Le plus jouissif est que cette poussée n’est altérée… par rien. Et semble identique depuis 0 jusqu’à 267 km/h compteur, vitesse à laquelle la S7 bute sur sa bride électronique (250 km/h chrono). Pour autant, l’ambiance à bord reste sereine : bruits d’air discrets, stabilité impeccable, et des montées en régime qui, même en mode Dynamic libérant les valves d’échappement, ne se perçoivent que de manière très feutrée.

Sortie des autoroutes allemandes non limitées, derniers espaces de liberté où votre libre-arbitre reste la règle, la S7demeure toujours imperturbable. Si tant est qu’elle ne se désunisse pas sur route bosselée, chose que nous n’avons pu vérifier sur le « billard » de notre parcours d’essai. Sa suspension pneumatique paramétrable jugule parfaitement le roulis, son train avant suit à la lettre les injonctions du conducteur, son train arrière se replace dans la bonne trajectoire au lâcher d’accélérateur.

Au-delà d’une certaine limite, le poids (1 970 kg avec le conducteur) vient simplement rappeler les lois de la physique : la pédale de frein devient moins consistante, et l’auto s’égare dans un sous-virage à la réaccélération, quand le conducteur aurait préféré sortir roues droites, en légère dérive. Un dernier phénomène sûrement moins marqué avec le différentiel optionnel Quattro Sport, qui sait gérer la puissance ou le frein moteur sur chacune des roues arrière. Pas de quoi fouetter un char, car peu de conducteur oseront brusquer cette voiture comme nous l’avons fait. Plus intéressant est la consommation moyenne annoncée en cycle mixte, fixée à 6,5 l/100 km (170 g de CO2/km).

L’avis d’Avus

Clairement, avec un tel moteur, la S7 Sportback n’est pas à proprement parler aussi sportive que sa devancière qui possédait un V8 essence, mais tout de même, quelle auto !

Siège avant cuir rouge

Avec cette S7, les voyages s’effectuent en première classe, à des vitesses ressenties bien en-deçà la réalité, et l’autonomie grimpe en flèche grâce à des consommations parfaitement maîtrisées, prouvant que le diesel a encore un bel avenir ! Cette Audi est parfaite pour emmener famille et bagages en confort et silence, faire travailler les muscles du cou à l’accélération, se défouler sur autoroute allemande, partir au ski sans arrière-pensée, mais aussi pour flatter autant l’ego que la rétine. Une certaine idée de la perfection…

moteur
Sous le capot prend place un V6 3.0 TDI dont le turbo est assisté par un compresseur électrique branché sur un circuit 48V. Ce bloc développe 349 ch et un couple impressionnant de 700 Nm disponible entre 2500 et 3100 tr/mn

Fiche Technique Audi S7 Sportback « Mk2 »

On aimeOn aime moins
Style élancé et élégantSensations aseptisées
Agrément moteur-boîteFausse sportive
Performances-consommationsPoids-encombrement
Habitacle high-tech et convivialPrix
Confort-tenue de route
  • Moteurs : V6 TDI, 2967 cm3
  • Puissance (ch à tr/mn) : 349 à 3850
  • Couple (Nm à tr/mn) : 700 à 2500
  • Performances (TFSI) : 0 à 100 km/h en 5,1 sec
  • Pneumatiques : 255/45 R 20 (AV et AR)
  • L x l x h (en m) : 4,97 x 1,91 x 1,42
  • Empattement (en m) : 2,93
  • Volume du coffre (en L) : de 535 à 1390 dm3 selon configuration
  • Vitesse maxi (km/h) : 250 (autolimitée)
  • Consommation mixte (l/100 km) : 6,5
  • Émissions CO2 (g/km) : 170
  • Prix à partir de : 82 750 € (tarif Allemand)

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.