Audi Urban Sphère : Beauté intérieure

Ce prototype Audi est « l’Urban Sphère », le troisième et ultime concept-car venant clore un triptyque pour le moins étonnant, issu du vaste projet Artemis. Ce dernier change radicalement de philosophie, en se présentant comme un véhicule familial conçu depuis l’intérieur…

Par Joseph Bonabaud

En bref

Troisième étude du projet Artemis
Modèle 100% électrique
Système 800 V, 2 moteurs, 395 ch (295 kW), 690 Nm

Après les sculpturales études Grand Sphère et Sky Sphère, déjà présentées dans le détail dans nos numéros précédents, place donc à cet ultime opus. Il s’agit de l’Urban Sphère, venant clore une trilogie prometteuse lancée en 2021, s’inscrivant dans l’ambitieux projet Artemis, visant à imaginer l’Audi du futur. Comparé aux 2 premiers concept-cars, qui mettaient chacun à leur manière le style et le plaisir de conduite en avant par des carrosseries suggestives de coupé-berline de luxe et de roadster sportif, l’Urban Sphère déroute, en révélant au contraire un comportement bien plus familial. Et apaisé, comme l’atteste sa carrosserie presque monocorps rappelant le bon vieux monospace à papa des années 90 – 2000. Il est vrai que le style, bien que soigné et lorgnant aussi vers le monde des SUV, n’est pas ici une priorité. Conçu de l’intérieur vers l’extérieur, l’Urban Sphère laisse en effet volontairement de côté les attributs virils et sportifs pour davantage se recentrer sur l’espace à bord et le bien-être de ses occupants.

Et il propose, selon Audi, une vision de ce que pourrait être le véhicule idéal pour l’Asie où certaines parties de l’Amérique du Nord, ces continents abritant de nombreuses mégapoles, où les déplacements en voiture individuelle peuvent prendre des heures. Un postulat qui a poussé Audi à dévoiler ce troisième concept au dernier salon de Pékin… ville où la marque possède un bureau de design qui s’est fortement impliqué dans la création de ce projet. Basé sur la plateforme PPE (Premium Platfom Electric), partagée notamment avec Porsche pour de prochains projets, l’Urban Sphère interpelle par ses dimensions hors-normes : 5m60 de long, pour 2 m de large et 1m80 de hauteur. Ca ne vous parle pas ? Et bien sachez que c’est bien plus imposant que le tout dernier Range Rover, qui n’a pourtant rien d’une demi-portion. Et pour rester dans le monde Audi, c’est tout de même 34 cm de plus… qu’une A8 !

Conçu de l’intérieur vers l’extérieur

Et ce modèle se voulant être un troisième espace de vie, après la maison et le bureau, dispose d’un empattement géant s’étirant sur 3m40 de long ! Posé sur d’énormes roues de… 24 pouces (un record !), l’Urban Sphère n’est pas, à proprement parler, un modèle de beauté. Ce que sa ligne monocorps permet de gagner en habitabilité, elle le perd en sportivité, le capot moteur étant assez court, presque dans le prolongement du vaste pare-brise. La finesse des phares contraste avec l’aspect massif de la calandre singleframe démesurée, cette dernière connaissant une vraie révolution stylistique en se parant de multiples LED à affichage dynamique, contribuant à donner une identité visuelle quelque peu singulière… et un rien « bling-bling » ! Dans un souci de personnalisation, l’affichage pourra être modifié selon son humeur. L’arrière se distingue par l’inclinaison nette de la lunette, qui surplombe un bandeau lumineux, lui aussi à éclairage dynamique. Mais là n’est pas l’essentiel, puisque cette voiture se concentre d’abord sur l’habitacle.

Entrez dans la sphère

Pour appuyer cette proposition, la voiture dispose de portes arrière antagonistes, et fait même l’impasse sur la présence de pied-milieu, facilitant ainsi grandement l’accès à bord. C’est certes esthétique et spectaculaire, mais très rarement cette solution technique a passé le cap de la série pour des raisons de rigidité et de sécurité passive. L’intérieur donne lui aussi dans le spectaculaire, en se présentant presque comme un petit salon. Imaginé par Christian Becker, responsable du design intérieur, cet habitacle constitué principalement de matériaux recyclés a tout d’un cocon high-tech avec sa planche de bord épurée, se limitant à un écran géant à OLED –  (Organic Light Emitting Diode, en français, Diode électroluminescente organique) – s’étalant sur toute la largeur, qui pivote verticalement depuis le toit. Il peut ne former qu’un seul écran géant (pour regarder un film) ou se scinder en plusieurs petits écrans, selon les besoins. Le volant, doté de méplats en haut et en bas, est lui aussi tout aussi futuriste, et le traitement très travaillé des sièges est à noter. Dignes des fauteuils de la salle de contrôle de l’Enterprise dans Star Trek, ils sont individuels, pivotables et ajustables dans toutes les positions pour optimiser le confort. Mais Audi a aussi soigné les occupants arrière…

En effet, les passagers du second rang ne seront pas non plus à plaindre, avec un accès à des écrans surdimensionnés, utiles pour travailler ou se divertir. Et après l’effort, le réconfort, le constructeur ayant même pensé à intégrer un mini-bar ! Evidemment, l’habitacle étant limité à 4 sièges, l’espace à bord est – faut-il le préciser – digne d’une limousine. Véritable vitrine de très hautes technologies, l’Urban Sphère intègre un système de conduite embarqué de niveau 4, pouvant lui assurer une vraie conduite autonome, un dispositif qui pourrait voir le jour en série dans la seconde moitié de la décennie. Au-delà de ces dispositifs, tout ou presque est possible depuis l’habitacle : achat en ligne, réservations, offres d’info-divertissement et programme de streaming exclusif sont disponibles. Comme d’habitude chez Audi, il suffira de demander… puis de payer. Intelligente, la voiture communique avec son proche environnement et peut vous aider à dénicher une place de parking, une borne de recharge et même… peut, seule, aller chercher ses passagers.

Pour déplacer énergiquement ce lourd équipage, l’Urban Sphère embarque 2 moteurs électriques (un par essieu), totalisant 295 kW de puissance, soit près de 400 ch (et 690 Nm). Pour les alimenter, la voiture intègre dans son plancher plat 6 packs de batterie, disposant de 120 kWh d’énergie, offrant jusqu’à 750 km d’autonomie (cycle WLTP). La plateforme fonctionnant sous une tension de 800 volts, elle tolère les charges rapides, puisqu’on passe de 45% à 80% de charge en 25 minutes, soit près de 300 km d’autonomie. C’est toujours plus long qu’avec une bonne vieille Audi à essence, mais le progrès est tangible !

L’avis d’Avus

On ne va pas se mentir : des 3 concepts « Sphère » présentés tour à tour depuis 2021, ce dernier est celui qui nous séduit le moins car son style, mixant grand monospace et SUV,  n’est pas d’une folle élégance, surtout avec une proue aussi massive. La bonne nouvelle est qu’on ne risque pas de voir sur nos routes ce démonstrateur, conçu encore une fois pour l’Asie et les USA. Mais parions qu’une partie de la technologie déployée verra progressivement le jour sur les futures Audi, à commencer par la plateforme PPE, qui offrira une meilleure autonomie en électrique, sans rien sacrifier aux performances. Et en tant que constructeur à la pointe dans le domaine de l’éclairage, il est clair que les possibilités sans limites, offertes par la technologie OLED, connaitront de prochaines applications spectaculaires sur les Audi de demain. Ou celles d’après-demain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture