Audi Customer Racing : La course aux clients !

Le département « Audi sport », c’est bien sûr le sacre du quattro en rallye au début des années 80, mais aussi pas moins de 13 victoires en LMP1 au Mans, et de nombreux succès dans d’autres disciplines, comme le DTM. S’il ne fait aucun doute que cet ADN sportif est partagé par les Audi de série S et RS, aucune ne peut approcher, en terme de sensations et d’efficacité, ce que l’on peut éprouver au volant d’un dérivé de compétition. C’est ici qu’intervient l’Audi Customer Racing. Dirigé par Chris Reinke, ce service « compétition-client » propose aux plus passionnés (et fortunés !) plusieurs formules de promotion, enrichies dernièrement par l’arrivée de la RS3 LMS et de la R8 GT4. L’occasion rêvée de faire le tour de la question…


Audi TT Cup

L’école des fans !

En bref
Formule monotype
Voiture : TTS préparé course (310 à 340 ch)
Saison : 12 courses annuelles en Allemagne
Niveau requis : pour débutants
Prix : 99 000 € HT

Qu’on se le dise : le TT n’est pas seulement qu’une jolie voiture que l’on croise dans les beaux quartiers. C’est aussi une authentique petite sportive, digne des meilleures, et c’est ce que tend à prouver la « TT Cup ». Il s’agit dans les grandes lignes d’une formule monotype, comme jadis il y avait la Coupe Gordini, si bien que tout le monde court sur la même voiture. En clair, ici, seul le pilotage fait la différence ! Lancée en 2015, la TT Cup est idéale pour les pilotes amateurs souhaitant débuter en compétition (l’âge moyen des participants est de 22 ans). La voiture, très proche de la série, repose sur une base de TTS. Vous avez le même 4 cylindres 2.0 TFSI de 310 ch (avec une S tronic à 6 rapports), mais il bénéficie d’un échappement libéré… et d’une touche « boost », permettant de gagner 30 ch le temps d’un dépassement. Autre particularité : la voiture est privée de la transmission intégrale quattro, redevenant une simple traction. Pour compenser, elle est rabaissée, et reçoit des voies élargies de 10 cm, ainsi qu’un différentiel à glissement limité et un gros aileron à l’arrière. De même, le poste de pilotage est recentré de 6 cm vers la droite pour équilibrer les masses, tandis que l’auto adopte de gros freins, dignes d’une R8 (disques de 380 mm à l’avant et 272 mm à l’arrière avec un ABS). Et en étant privée de tout élément de confort, elle perd 260 kg, affichant ainsi un poids plume de seulement 1125 kg !

Les courses

Le calendrier prévoit 12 rencontres par an, disputées principalement en ouverture des courses de DTM, le championnat de supertourisme allemand où courent les RS5. En clair, cela se passe sur de prestigieux circuits allemands, dont Hockenheim en ouverture et fermeture de la saison, mais aussi le redoutable Nürburgring ou encore Zandvoort. Lors de chaque rencontre, les pilotes doivent effectuer deux courses « sprint » de 30 minutes chacune. A noter qu’il y a, à chaque « run », 6 pilotes invités. Les plateaux sont systématiquement constitués de 24 voitures, ce qui donne traditionnellement lieu à de belles bagarres. La particularité de la TT Cup est que l’on ne peut pas acquérir les voitures, qui restent la propriété d’Audi sport. Ici, on n’a finalement que le principal à gérer : son stress avant la course, Audi se chargeant du reste ! Le droit d’inscription est fixé à 99 000 € HT, et cela se fait par candidature. Enfin, le vainqueur se voit recevoir un soutien de la part d’Audi sport pour s’engager en programme GT3.

Technique : Audi TT Cup, en bref
Moteur 4 cyl. TFSI (turbo et inj directe), 16v
Cylindrée 1984 cm3
Puissance 310 ch (340 ch en fonction « boost »)
Transmission roues avant (avec différentiel à glissement limité)
Boîte S-tronic à 6 rapports
Freins 4 disques ventilés
Poids 1125 kg
0 à 100 km/h 4,3 sec
Vitesse maxi 250 km/h

previous arrow
next arrow
Slider

Audi RS3 LMS

Un pied dans le monde des grands

En bref
Championnat de voitures de Tourisme
Voiture : RS3 berline spécifique (4 cyl.) préparée (330 ch)
Saison : Championnat d’une dizaine de manches à travers le monde
Niveau requis : bonne expérience du pilotage
Prix : de 99 000 à 129 000 € HT selon préparation

Depuis son engagement en 2017 dans le Championnat TCR Series (Touring Car Racer), la RS3 LMS fait parler la poudre, tout en serrant au maximum les budgets. Une formule parfaite pour embrasser le monde de la compétition automobile de haut niveau qui rencontre un vif succès, puisque plus de 100 exemplaires de RS3 LMS ont déjà été vendus, malgré un prix d’attaque fixé à 99 000 € HT en Club Sport. Mais avec la boîte séquentielle Sadev à 6 rapports, permettant de gagner encore en rapidité, la facture explose à 129 000 € HT… Il n’empêche que les résultats sont là : fin juillet, cette voiture encore toute jeune s’est octroyé 73 podiums et 24 victoires en l’espace de 125 courses ! Etroitement dérivée d’une RS3 berline pour obtenir le meilleur équilibre aérodynamique (voir notre essai détaillé exclusif), cette Audi est assemblée dans les ateliers Seat Sport, aux côtés des Golf GTI et Leon TCR. Des concurrentes directes parmi d’autres, le plateau étant très riche en prétendantes, toutes des berlines compactes restées assez proche des modèles de série (Honda Civic, Alfa Romeo Giulietta, Opel Astra, Kia Cee’d…). Seules conditions : avoir un 2.0 litres turbo, deux roues motrices, et ne pas excéder 350 ch. L’avantage de cette formule est double : un tarif relativement serré, moins élevé que le WTCC (à partir de 80 000 € HT par exemple pour couvrir les frais de roulage sur 7 courses, hors frais d’engagement), et une excellente visibilité en Europe comme à l’international, le Championnat TCR se disputant aussi bien en Amérique du Nord, en Asie, en Russie qu’au Moyen-Orient (variation des pays d’accueil selon saison). Sur l’année 2017, le Championnat TCR a compté 10 manches. Le succès de cette formule est tel qu’un championnat français devrait rapidement se mettre en place (avec l’arrivée de la Mégane RS).

Les courses

On parle ici de « meeting » se déroulant généralement sur deux journées, et il y en a une dizaine par saison. Le premier jour commence par un entrainement libre de 45 minutes, suivi d’une « long race » d’une heure, faisant office de qualification (avec deux pit-stop obligatoires). Viennent ensuite quatre courses, semblables à de véritables sprints, de 20 minutes chacune (spectacle assuré !). A noter que le volant (et les coûts !) peuvent être partagés avec un second pilote. Le deuxième jour est constitué de quatre autres sprints, le premier étant donné départ-arrêté, le second en départ-lancé et ainsi de suite. Les ravitaillements sont interdits (pas de refueling), le carburant et les pneus sont rigoureusement les mêmes pour tous (8 pneus Michelin slick par voiture et par meeting). Autant de règles qui garantissent un spectacle relevé, de très haut niveau !

Technique : Audi RS3 LMS, en bref
Moteur 4 cyl. TFSI (turbo et inj directe), 16v
Cylindrée 1984 cm3
Puissance 330 ch
Transmission roues avant
Boîte S-tronic à 6 rapports (séquentielle en option)
Freins 4 disques ventilés
Poids 1100 kg
0 à 100 km/h 4,5 sec
Vitesse maxi 240 km/h environ

previous arrow
next arrow
Slider

Audi R8 LMS

Un must au sommet !

En bref
Championnat GT3 Le Mans Series
Voiture : R8 LMS (propulsion) préparée (585 ch)
Saison : Championnat d’une dizaine de manches à travers le monde
Niveau requis : pilote confirmé
Prix : 398 000 € HT (avec le kit performances)

Depuis son lancement par Audi sport en 2009, la redoutable R8 LMS est devenue une terreur des circuits… et la chouchoute des gentlemen drivers en catégorie GT3. Et pour cause : l’auto s’est depuis illustrée en Blancpain GT Series, mais aussi aux 24 H de Spa, aux 24 H du Nürburgring et même en IMSA aux USA ! La première génération, déjà dotée du V10 5.2 (570 ch), a été vendue à 136 exemplaires à travers le monde, signe de sa compétitivité, et pour avoir eu le privilège de l’avoir essayée (voir Avus n°2), on peut vous garantir sur facture que c’est effectivement une vraie voiture de course. Autre signe qui ne trompe pas : courant 2014, cette pistarde fêtait sa 1000ème course au compteur ! Bien sûr, aujourd’hui, c’est la seconde génération de R8 qui perpétue la lignée. Elle se nomme toujours « LMS » (pour « Le Mans Series »), et elle est toujours conçue par Audi sport pour disputer les courses d’endurance au plus haut niveau, face au gratin des sportives de Grand Tourisme homologuées en GT3. Mais entre-temps, la R8 LMS s’est encore bonifiée… Déjà, elle a perdu 25 kg (1250 kg), une prouesse étant donné qu’il s’agit toujours d’une propulsion ultra-dépouillée, habillée d’une carrosserie hypertrophiée en carbone et kevlar. Pourtant, Audi insiste pour préciser que la R8 LMS partage encore 50% de pièces communes avec le modèle de série, signe que même le « street » modèle est bien une authentique sportive (on n’en a jamais douté !). Quant au V10 5.2, il développe 15 ch de plus, soit 585 ch au total, tandis qu’il se trouve désormais couplé à une nouvelle boîte séquentielle à 6 rapports, encore plus efficace. La formule plaît, car malgré un prix de vente astronomique fixé à 398 000 € HT (avec le kit « performances »), Audi sport a produit en juillet 2016 sa 200ème R8 LMS…

Les courses

Il s’agit de courses d’endurance « GT3 », disputées sur les circuits les plus mythiques, principalement en Europe ou aux USA. Une saison compte 10 épreuves, et la réglementation technique, basée sur celle en vigueur aux 24 H du Mans, prévoit au moins deux pilotes par voiture (appréciable pour partager le budget !). A noter qu’avant chaque rencontre, des pilotes professionnels Audi sont sollicités, pour établir au volant de la même voiture un chrono de référence, et dispenser des conseils de pilotage. Mais l’argent ne fait pas tout. En LMS, le niveau est très relevé : à conseiller d’abord aux pilotes aguerris.

Existe aussi en GT4 !

Audi sport a eu l’excellente idée de décliner sa supercar R8 en version GT4 « European Series », plus proche en configuration de la voiture de série (60% de pièces communes), que la redoutable GT3 LMS. Ainsi, le V10 ne développe ici « que » 495 ch, et il est couplé à la boîte S-tronic à 7 rapports. Cela permet de réduire sensiblement les coûts, fixés à 198 000 € HT pour une voiture prête à courir. Cette formule, intégrée au Championnat de France FFSA GT, compte un plateau de rêve, réunissant les plus belles GT du marché, toutes calibrées pour courir. Il n’y a pas moins de 13 modèles différents, dont notamment des Maserati Gran Turismo, Porsche 911 et Cayman Clubsport, KTM X-Bow, McLaren 570S, Aston Martin Vantage, BMW M4. Autant dire, que du beau linge ! Et du.beau monde pour piloter ces bolides, puisque l’on retrouve sur les plateaux David Hallyday (meilleur en pilotage qu’en musique !), Anthony Beltoise ou encore Olivier Panis. Six épreuves sont prévues pour chaque saison, composées chacune de plus de 4 heures de roulage. Cela comprend deux séances d’essai d’une heure, puis deux essais de qualification de 15 minutes chacun, suivis de deux courses de 60 minutes comprenant un arrêt obligatoire aux stands. Clairement, c’est la formule que nous préférons, accessibles à tous les bons pilotes amateurs.

En bref
Championnat GT4 European Series
Voiture : R8 GT4 préparée racing de 495 ch
Saison : Championnat composé de 6 courses
Niveau requis : accessibles pour les pilotes amateurs
Prix : 198 000 € HT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture