Audi Q5 Sportback is back !

Audi semble pris d’une frénésie de carrosseries Sportback. Preuve en est, cet inédit Q5, fraîchement restylé, qui succombe à son tour aux charmes de cette variante plus dynamique d’aspect…

Et de cinq ! Après les A3, A5, Q3 et e-tron (et en attendant le Q4 e-tron), c’est désormais au tour du Q5 de se convertir à la carrosserie Sportback. Et encore, on ne compte pas les A7 et Q8, qui ont été, dès le départ, véritablement conçus comme des modèles exclusifs ! La formule n’a donc rien d’inédite, mais elle semble plaire à une clientèle soucieuse de rouler dans une auto « différente », revendiquant un look sportif. Espérons que cette opération de démultiplication ne lasse pas la clientèle, car contrairement à un Q8, qui bénéficie vraiment d’une robe inédite, Audi s’est ici contenté de greffer un arrière en pente douce (privé de barres de toit) pour donner cet aspect fast-back. Bien qu’allongé de 7 mm (4m69), on note que sous la ceinture de caisse, tous les éléments sont donc communs au Q5 fraîchement restylé, excepté la calandre en nid d’abeille greffée sur les finitions S line (et la présence, d’office, d’un châssis « sport » avec suspensions affermies). La suspensions pilotée et l’amortissement pneumatique resteront en option. A l’intérieur, là encore, Audi a fait un copier-coller de l’habitacle de son nouveau Q5. Ainsi, planche de bord high-tech avec nouvel écran MMI tactile et agrandi est de la partie. Quant à l’empattement, toujours porté à 2m82, il permet d’offrir une belle habitabilité et même un soupçon de modularité en disposant d’une banquette arrière coulissante. Seule inconnue : la garde toit aux places arrière, forcément moins généreuse sur cette variante Sportback. Et la plus faible surface vitrée ne devrait pas plaider pour procurer une sensation d’espace. Heureusement, le coffre reste toujours très logeable, en offrant 510 de capacité (et même 560 litres lorsque la banquette est avancée), et grimpe jusqu’à 1480 litres en break. Côté motorisations, le Q5 Sportback va se contenter, du moins à l’ouverture des commandes annoncée pour la fin de l’année (pour des livraisons au printemps 2021), de reprendre des blocs existant sur la version normale. Seul un diesel sera disponible (2.0 TDI de 204 ch avec micro-hybridation 48V), livré avec la boîte S-tronic à 7 rapports ou Tiptronic à 8 vitesses, la boîte manuelle disparaissant du catalogue ! Plus tard, une version d’entrée de gamme en 4×2 viendra en renfort (150 ch environ) et, à l’opposé, il est prévu qu’un gros V6 3.0 de 286 ch vienne coiffer la gamme (50 TDI). En essence, le Q5 Sportback débutera avec le 2.0 TFSI de 265 ch (45 TFSI), et une version hybride rechargeable est d’ores et déjà annoncée. Reste une inconnue, les prix, mais ceux-ci devraient connaître une majoration de 3000 € environ – à motorisation et finition équivalentes – par rapport aux Q5 plus classiques. Nous en saurons probablement plus lors de notre premier contact, qui sera au sommaire de notre prochain numéro !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture