Audi AI : TRAIL – Voiture « verte »

Audi poursuit le déroulement de son « plan AI », ce préfixe signifiant « Intelligence Artificielle » désignant la dernière famille de concept-car du constructeur. Cette fois, avec cet étonnant « AI-Trail », Audi explore d’autres horizons, en s’aventurant sur le terrain du 4×4 pur et dur. L’engin en question étant 100% électrique, voilà une parfaite « voiture verte » !

Par Thomas Riaud, photos DR

En bref
Concept de tout-terrain futuriste 100% électrique
4ème concept-car de la famille « AI »
Autonomie de 400 km environ (250 km en TT)
Performances : 130 km/h maxi, 0 à 100 en 5 sec

AUDI AI.2

Habituellement, un concept-car est là pour nous vendre du rêve, mais aussi pour indiquer, à moyenne échéance, l’orientation stylistique, ou technique (voire les deux parfois !), prise par le constructeur. Avec ce déroutant concept AI :Trail, on a du mal à rêver, mais aussi à se projeter dans un futur proche ! Quatrième véhicule d’une famille qui se veut autant propre que futuriste quitte à casser tous les codes en vigueur, ce AI : Trail tient plus de la véranda Akena sur 4 roues croisée avec un buggy de plage, que de la voiture. Il vient ainsi compléter une « collection » étrennée par l’AI :AIME, un suppositoire 100% électrique et totalement autonome qui ne nous laissera pas non plus un souvenir impérissable. Mais avant de jeter le bébé et l’eau du bain avec, prenons un peu de recul pour faire la part des choses, car quelques éléments méritent d’être retenus.

Assez compact (4m15 de long), mais surtout très large (2m15), l’AI :Trail est perché sur d’énormes roues de 22 pouces repoussées aux extrémités du châssis, lui permettant de culminer à 1m67. En supprimant tout porte-à-faux, on devine que cet engin doté d’angles d’attaque et de sortie impressionnants, et d’une garde au sol perchée jusqu’à 40 cm, excelle en franchissement.

AUDI-AI.5

Ce sentiment se confirme en observant plus attentivement les pneus spécifiques, agrémentés de ressorts en interne pour augmenter leur capacité d’absorption. Et, fin du fin, leur pression peut s’ajuster depuis le poste de pilotage ! Une cabine vraiment très vaste, grâce à un empattement record de 3m10, accessible via d’inévitables grandes portes antagonistes, souvent du voyage sur les concepts cars. L’accès est d’autant plus facilité qu’en plus de la présence d’un marche-pied rétractable, il n’y a plus de pied milieu au niveau de la structure, une autre coquetterie stylistique qui n’a, pour d’évidentes raisons de rigidité (et de sécurité), aucune chance de passer le stade de la série.

AUDI-AI.10

Into the wild

Une fois à bord, on est étonné par le sentiment d’espace offert, une impression renforcée à juste titre par l’immense surface vitrée de forme concave, qui s’étend jusqu’aux pieds des occupants, afin que ceux-là puissent se sentir en immersion dans la nature. Gare à l’effet de serre en plein été ! Mais cette impression genre « into the wild » est aussi justifiée par le fait que cet AI :Trail n’offre véritablement que 2 grandes places à l’avant, les deux autres situées derrière étant composées par des… hamacs !

Ces derniers sont arrimés via quatre attaches et dépourvus de ceintures de sécurité, Audi les réservant à la « relaxation » ! Ils peuvent donc être détachés pour servir de fauteuils de camping… comme jadis sur notre bonne vieille 2CV nationale ! Et côté instrumentation de bord, il n’y a guère plus d’indications que dans la Deux-pattes, enfin, en apparence, car cet extrême dépouillement peut être comblé en connectant votre Smartphone à la station d’accueil de la voiture, dans un espace réservé à cet effet, situé juste derrière le « volant ».

Et Audi, d’habitude si friand en écrans, s’est limité à n’en placer que deux, un par porte, comme dans un e-tron, pour afficher l’image des rétro-caméras. En fait, l’espace à bord est surtout réservé au confort des passagers et aux chargements : il y a un très grand coffre à l’avant et un plus petit à l’arrière. Les deux s’ouvrent entièrement, facilitant le chargement d’objets volumineux. Les plus gros chargements pourront se loger sur la galerie de toit visiblement robuste.

L’aventure, c’est l’aventure !

Coïncidence troublante : Audi dévoilait son concept AI :Trail au salon de Francfort, en même temps que Land Rover présentait son nouveau et iconique Defender ! Et il est amusant de voir le fossé, l’abîme même, qui sépare ces deux tout-terrain de l’extrême. D’un côté, on a chez nos amis anglais, pragmatiques, un bon vieux 4×4 thermique à fort rayon d’action, et de l’autre, on a ce gros mixeur électrique, équipé du même pack de batteries de l’e-tron quattro, d’une capacité utile de 84 kWh.

AUDI-AI.7
Ce concept futuriste tient plus de l’engin lunaire que du 4×4 terrestre : un vrai délire de designer !

En clair, l’AI :Trail offre une autonomie pour le moins limitée de 250 km environ, et on vous promet bien du bonheur pour recharger au milieu de la brousse ou du désert ! Quant à ses prouesses en tout-terrain, Audi assure qu’il peut franchir un gué de 48 cm sans risquer de court-circuiter les batteries logées dans le plancher… tandis que le Defender peut assurer le même exercice jusqu’à 90 cm ! Au-delà de ces aspects pour le moins cocasses, on peut se demander la pertinence de proposer par ailleurs un niveau de conduite autonome de niveau 4, chose bien inutile dans des chemins !

Il est en revanche plus intéressant de s’attarder ici sur l’architecture de cet engin, qui intègre un moteur électrique, placé en amont de chaque roue. Outre son appréciable compacité, ce qui est tout bénéfique pour le poids (1750 kg), ce dispositif qui donne en outre à l’AI :Trail ses galons de « quattro » promet une puissance de 320 kW, soit l’équivalent de 435 ch, le couple étant annoncé à 1000 Nm ! La vitesse maximale n’a pas été, ici, au centre des préoccupations, puisqu’elle est limitée à seulement 130 km/h, pour optimiser l’autonomie. En revanche, l’AI :Trail promet à ses occupants de fortes accélérations, le 0 à 100 km/h étant couvert en 5 secondes.

AUDI-AI.8

Enfin, terminons ce tour du propriétaire par quelques aspects pour le moins loufoques de prime abord, mais qui deviendront peut-être, un jour, réalité. L’extérieur du véhicule a lui aussi été pensé dans les moindres détails, puisqu’il accueille, sur ses portières au moyen de clips, des gourdes et torches tempête. Plus improbable est en revanche la conception du toit, qui reçoit 5 stations de recharge à induction, et autant de mini-drones dotés de phares puissants et de caméras. Ils jouent alors un rôle d’éclaireur, en précédant le véhicule de quelques mètres ou en l’éclairant sous des angles inédits, tout en retransmettant les images à bord !

« Il est rassurant de voir qu’Audi a les capacités de tout remettre
en question le temps d’un concept-car »

S’il nous paraît peu probable de voir, en l’état, un tel engin débarquer prochainement dans les concessions, il est en revanche rassurant de voir qu’Audi a les capacités de tout remettre en question le temps d’un concept-car, en explorant tous les possibles, y compris les plus singuliers. Gageons que quelques trouvailles passent, un jour, le cap de la série. En attendant, la plus grande mission de cet engin incroyable, digne de la conquête spatiale, va être de convaincre l’automobiliste lambda sur terre. Et là, ce n’est pas gagné…

AUDI-AI.12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture