Audi Q2 2.0 TDI 190 quattro S tronic : La folie des grandeurs !

Bien que compact, le plus petit des SUV Audi a de grandes ambitions, et une haute estime de ses talents. Preuve en est avec cette élitiste version motorisée par le plus gros diesel disponible, un 2.0 TDI de 190 ch, couplé obligatoirement à la transmission intégrale quattro et à la boite à double-embrayage S tronic…

En bref
Premier SUV compact d’Audi
Version haut de gamme 2.0 TDI 190 ch
Prix : 41 710 € (à partir de)

Pour être franc, je ne suis pas un grand fan des SUV, et je dois avouer que cette mode commence à me lasser. On en voit partout, à toutes les sauces et à tous les prix. Certes, dans le lot, il y en a heureusement certains qui se distinguent… Je pense au Porsche Macan, vraiment séduisant à tout point de vue, mais aussi au sublime Range Rover Velar, sans oublier le Q5, qui offre un parfait compromis dans tous les domaines. Les SUV ayant la cote, il est fort logique de voir les constructeurs exploiter le filon en descendant en gamme, pour séduire le citadin en mal d’aventure. Sur le segment des « compacts », l’offre devient pléthorique, avec une domination insolente chez nous des Renault Captur et Peugeot 2008. En « premium », excepté la Mini Countryman, il n’y a rien. Rien, hormis ce Q2, grande nouveauté Audi de l’année 2017. Pour être franc, je ne suis pas un grand fan des SUV, et je dois avouer que cette mode commence à me lasser. On en voit partout, à toutes les sauces et à tous les prix. Certes, dans le lot, il y en a heureusement certains qui se distinguent… Je pense au Porsche Macan, vraiment séduisant à tout point de vue, mais aussi au sublime Range Rover Velar, sans oublier le Q5, qui offre un parfait compromis dans tous les domaines. Les SUV ayant la cote, il est fort logique de voir les constructeurs exploiter le filon en descendant en gamme, pour séduire le citadin en mal d’aventure. Sur le segment des « compacts », l’offre devient pléthorique, avec une domination insolente chez nous des Renault Captur et Peugeot 2008. En « premium », excepté la Mini Countryman, il n’y a rien. Rien, hormis ce Q2, grande nouveauté Audi de l’année 2017.

Avec ce gros diesel, mariant punch et agrément, le Q2 est agréable à conduire, mais ce bloc pourtant récent est trop sonore et gourmand pour la catégorie.

Le style étant avant tout une affaire de goût, nous vous laisserons seul juge, bien que ce critère soit ici prépondérant. De face, on retrouve bien une Audi avec la large calandre single frame, même si je trouve que les phares manquent un peu de personnalité. Quant à l’arrière, il me fait davantage penser à une Volkswagen Polo qu’à une Audi, avec ses improbables feux carrés. Le profil est bien plus convaincant, en arborant une « vague » ondulante le long de la carrosserie, tandis qu’un « blade » façon R8, de couleur dissociée, vient jouer la carte de la personnalisation. D’ailleurs, tout ou presque est possible pour ne pas avoir le même Q2 que son voisin, comme recourir au nuancier du département Audi exclusive, disponible à partir de… 2800 €. Sur un Q2 1.0 TFSI de 116 ch d’entrée de gamme, facturé 25 420 €, pourquoi pas. Mais vous vous doutez bien que ce prix est très théorique, les options étant comme toujours nombreuses et fort onéreuses. Y compris sur notre modèle haut de gamme, un Q2 2.0 TDI de 190 ch en finition Design Luxe, ce qui est dans ce cas plus gênant. Car ici, le prix débute cette fois à… 43 400 € !

Cet intérieur, très proche de l’A3, combine ergonomie et finition valorisante. Mais malgré un prix de vente rondelet déjà supérieur à 40 000 € pour cette version, le cockpit virtuel reste une option facturée 350 €. Dur à avaler !

Un Q2 au prix d’un… Q5 !

Certes, pour cette somme rondelette, vous avez d’office droit à la transmission intégrale quattro (de type Haldex) et à l’excellente boîte S tronic à 7 rapports. Et en configuration « Design Luxe », il y a effectivement en série du « design » (phares à LED, clignotants dynamiques, sièges avant sport, sellerie en cuir Milano…) mais aussi du « luxe », avec le système « mains libres » (accès à bord et démarrage), l’éclairage d’ambiance à LED, la caméra de recul, l’interface Apple CarPlay et Androïd Auto pour les Smartphone… Ce qui n’empêche pas Audi de proposer moult équipements que l’on aurait bien vu « offerts » de série.

Notre Q2 ajoute ainsi pour dynamiser son look le pack extérieur S line (1660 €), les jantes alliage de 19 pouces « qui claquent sa mère » (795 €), le GPS grand format avec le pad tactile (1440 €), la recharge du portable par induction (385 €), l’affichage tête haute (680 €), le cockpit virtuel (350 €), la hifi Bang&Olufsen (610 €), le volant à méplat avec les palettes (250 €), l’amortissement piloté (900 €) et j’en passe. Ainsi nanti, notre Q2 crève le plafond des… 50 000 € ! Cela commence à faire cher du kilo pour un SUV urbain de 4m19 de long, et ce d’autant plus que l’excellent Q5 de dernière génération s’affiche un peu moins cher en entrée de gamme, avec le 2.0 TFSI de 252 ch (49 750 €) ou le TDI de 190 ch (48 050 €). En effet, le Q2 est bien un SUV « premium » !

Il faudrait être fou pour dépenser autant !

Bien sûr, avec 190 ch sous le capot, ce Q2 compact et agile, qui repose sur la plateforme de la dernière A3, se sent pousser des ailes. En passant de « 0 à moins 12 points » en seulement 7,3 secondes, ce Q2 capable de filer ensuite à 218 km/h peut presque humilier des GTI au feu rouge. Quant à la transmission intégrale quattro, à défaut de vous proposer la « grande évasion » en raison d’une garde au sol trop juste pour cela (14,5 cm), elle digère sans broncher les 400 Nm de couple dispensés dès 1900 tr/mn. Quant à la suspension pilotée optionnelle, paramétrable depuis l’Audi drive select, elle fait bien le job, en combinant efficacité et confort. Mais le bilan dynamique pourrait être bien meilleur encore si ce diesel ne se montrait pas aussi sonore… et surtout autant gourmand. Audi annonce crânement des valeurs impossibles à tenir dans « la vraie vie », avec seulement 5,9 l en ville et 4,6 l sur route. En vérité, comptez respectivement plutôt sur 9 l et 7,5 l/100 km, ce qui fait trop pour un diesel moderne, monté de surcroît sur une petite voiture. Si vous voulez vraiment un Q2, le convaincant 1.4 TFSI s’impose : il est vif, pas plus vorace en essence, et bien moins cher !

On peut bien sûr se consoler avec la présentation intérieure, qui surclasse celle de la Mini Countryman, en reprenant presque trait pour trait la planche de bord de l’A3. Tant pis pour l’exclusivité, mais la qualité et l’ergonomie sont bien au rendez-vous. Mais là encore, le Q2 laisse sur sa faim, notamment au chapitre « confort » aux places arrière. Déjà, oubliez la place centrale, celle-ci étant encombrée au niveau des jambes par le large tunnel de transmission. Plus gênant encore est la raideur excessive du dossier de la banquette, qui rendra pénible les longs voyages à bord. Une banquette par ailleurs désespérément fixe, contrairement au Q5 qui en propose une coulissante. En configuration 5 places, la capacité du coffre du Q2 restera donc invariablement de 405 litres.

Le Q2 gagne en originalité si l’on opte, comme ici, pour des « blades » de couleur dissociée.

L’avis d’Avus

Clairement, malgré d’indéniables qualités, ce Q2 super haut de gamme ne donne jamais l’impression d’en avoir vraiment pour son argent. On retrouve la fable « de la grenouille qui voulait se faire plus grosse que le bœuf ». Car son prix délirant, supérieur à 50 000 €, nous paraît majoré d’au moins 15 000 €, ce qui est énorme ! Pour cette somme, allez sans hésiter voir du côté du Q5… ou plongez-vous dans notre dossier « occasion », pour repartir au volant d’une vraie Audi de rêve qui ne perdra plus beaucoup de valeur !


Ce 2.0 TDI de 190 ch est, pour l’instant, le plus gros disponible sur le Q2.

Caractéristiques techniques : Audi Q2 2.0 TDI 190 quattro S tronic

  • Moteur 4 cyl. turbodiesel à injection directe, 1960 cm3
  • Puissance (ch à tr/mn) 190 à 3500
  • Couple (Nm à tr/mn) 400 à 1900
  • Transmission aux 4 roues (quattro)
  • Boîte boîte S-tronic à 7 vitesses
  • Freins 4 disques ventilés
  • Pneumatiques (AV/AR) 235/40 R 19
  • L x l x h (m) 4,19 x 1,79 x 1,51
  • Réservoir (litres) 50
  • Poids à vide (kg) 1490
  • Coffre (litres) 405 à 1050
  • 0 à 100 km/h (sec) 7,3
  • Vitesse maxi (km/h) 218
  • Rejets de CO2 (g/km) 134

On aime

  • Performances flatteuses
  • Présentation intérieure
  • Comportement sûr et efficace
  • Agrément moteur-boîte

On aime moins

  • Prix prohibitif !
  • Trop d’options
  • TDI trop sonore et gourmand
  • Confort précaire à l’arrière

Les alternatives

Mini Countryman : à partir de 25 700 €

Ne cherchez pas : sur le segment des SUV compacts premiums, seule la Countryman peut s’opposer au Q2. Outre un look très « Mini », malgré une taille de plus en plus « maxi » (4m29 de long !), la dernière Countryman séduit par les multiples personnalisations offertes et son habitacle valorisant et bien étudié. Contrairement au Q2, la Countryman dispose d’une banquette coulissante qui change la vie au quotidien. L’offre moteur est aussi plus vaste avec, en plus des blocs essence et diesels, une inédite version hybride rechargeable. Comme le Q2, les prix d’attaque sont très théoriques et les options fort nombreuses, une Countryman « qui va bien » pouvant facilement atteindre les 45 000 € !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture