Audi RS Q3 Sportback : Piment vert !

Certains veulent tout ! Une auto à la fois familiale mais à la ligne de coupé, pouvant passer dans les chemins creux mais sachant aussi rouler fort sur route. Autant d’antagonismes réunis par ce singulier RS Q3 Sportback, qui a tout d’un sacré piment vert !

Par Jack Seller, photos Joseph Bonabaud

En bref
Version RS du Q3
Carrosserie Sportback
Moteur 5 cyl. 2.5 turbo de 400 ch
Performances : 0 à 100 4,5 sec – 250 km/h
Prix : 70 900 € (à partir de, hors malus de 30 000 €)

Attention les yeux ! Vous ne le verrez pas tous les jours. Et pas seulement parce que ce RS Q3 Sportback est peint d’un audacieux vert Kyalami, un coloris pour le moins inhabituel, facturé en option à 550 €. C’est vrai qu’ainsi présenté, il « claque sa mère », mais il faut après assumer ! Mais au-delà de cette considération d’ordre cosmétique, il faudra surtout assumer financièrement. Car cette version de pointe du SUV Q3, dotée du fantastique 5 cylindres 2.5 turbo de 400 ch, est vendue la coquette somme de 70 900 €. C’est beaucoup, le tout étant sans option bien sûr, et connaissant le savoir-faire d’Audi pour vous faire plonger sur quelques équipements « obligatoires », vous vous doutez bien qu’il s’agit là d’un minimum, que l’on va qualifier pudiquement de « à partir de ».

Pourtant, nombreux sont ceux pour qui ce « détail » n’est en rien un frein, et on est sincèrement heureux pour eux. Mais ces mêmes clients potentiels risquent bien de se sauver en courant. Car là où ce Q3 va se faire torpiller, c’est bien au niveau de son malus écologique, devenu aujourd’hui confiscatoire car il atteint dans le cas présent… 30 000 € ! Bien sûr, vous serez gentil d’ajouter en plus la carte grise, ce qui fait qu’avec la TVA, vous payez au final près de 50% de taxes pour rouler avec un tel engin. Je sais que « quand on aime, on ne compte pas, mais là, même pour ceux qui en ont les moyens, c’est carrément rédhibitoire ! Donc, on reprend : vous ne verrez pas tous les jours un tel engin, banni de nos routes au nom d’une politique écologique devenue complètement folle. Heureusement, rêver reste encore autorisé, et nous sommes fiers de vous présenter dans le détail ce SUV hautement sportif. Mais au rythme où vont les choses, on pourra le faire pour combien de temps encore ?

En vert et contre tout !

On aime – ou pas – mais avouez que ce SUV a de la gueule. On est loin du design un peu pataud et presque trop sage du premier RS Q3 lancé en 2013, qui plafonnait à 340 ch. Depuis 2019, place à un style beaucoup plus dynamique, mis en valeur par des volumes marqués au niveau des optiques et des ailes. Un effet encore accentué sur la récente et inédite déclinaison Sportback présentée ici, semblable à un coupé avec sa ligne de toit plongeante (- 45 mm), faisant ressortir la ligne d’épaule. Bien sûr, en tant que variante sportive « RS », notre Q3 bénéficie d’un tas de détails qui font la différence, dont une calandre en nid d’abeille. Et pour ajouter à son « côté obscur de la force », notre RS Q3 Sportback adopte le fameux pack esthétique « noir intégral » (option à 800 €), qui comprend, en plus de la calandre, les entourages de vitres noirs, les prises d’air latérales en boomerang nichées dans le bouclier et les coques de rétroviseurs extérieurs. Ce noir brillant se retrouve jusque sur les jantes de 21 pouces optionnelles (1100 €) et celles-ci abritent dans le cas présent des freins carbone-céramique avant, facturés la modique somme de 5950 €. Ajoutez à cela des vitres arrière surteintées, des phares Matrix LED, des clignotants à défilement et un double échappement actif destiné à accentuer la sonorité, et vous vous retrouvez vite avec une douloureuse dépassant les 80 000 €… sans forcer.

Cette variante Sportback a été redessinée à 80% par rapport au Q3 normal, et ça se voit !

L’intérieur, très classique dans sa facture, met néanmoins lui aussi l’accent sur une sportivité bienvenue. Cela transpire dès l’ouverture des portes, avec des seuils de porte siglés « RS », et cela se poursuit en prenant place à bord. La finition est comme à l’accoutumée du meilleur niveau, et on apprécie tant les sublimes sièges sport en cuir matelassé, que le volant multifonctions à méplat à la prise en main parfaite. Et le regard est forcément flatté par cet ensemble harmonieux composant le mobilier mixant inserts en aluminium véritable, placages en carbone et revêtements en alcantara. Pour enfoncer le clou, Audi a pris soin de proposer un affichage spécifique à cette version RS, qui se caractérise par la présence d’un compte-tours en forme de crosse, ou un afficheur de « G ». Si, vous savez, il s’agit de cette unité très commune dans le monde aéronautique, qui sert à mesurer l’accélération de la pesanteur à la surface de la terre. En clair, quand votre tête commence à peser très lourd au point de s’enfoncer sans ménagement dans un appuie-tête, c’est bon signe, ça veut dire que vous êtes à bord d’une bonne « pompe à feu » qui envoie sévère du couscous. Une définition un peu triviale, mais qui sied bien à ce RS Q3 Sportback !

Vert de rage

Signe d’une certaine sportivité assumée, une simple pression sur le bouton « start engine » déclenche d’emblée un tsunami de décibels au démarrage. Mon Dieu que ce 5 cylindres sonne bien ! Mais moins longtemps qu’auparavant hélas, le starter automatique le mettant vite en sourdine, castrant de facto les clapets actifs de l’échappement. Heureusement, malgré l’intégration de filtres à particules désormais obligatoires, celui-ci retrouve de la voix lorsque l’on commence à « chatouiller » l’accélérateur, et à passer le cap des 3500 tr/mn. Un régime de croisière où le timbre rauque et métallique devient omniprésent dans l’habitacle, au point de rendre superflu l’usage de la radio. Ceci est d’autant plus le cas en basculant en mode « dynamic », ce qui permet de gagner encore en réactivité au niveau de l’accélérateur ou de la boîte, mais aussi de raffermir la direction et les suspensions, tout en libérant l’échappement. Bref, le bonheur ! Et il monte crescendo au fur et à mesure que l’aiguille du compte-tours navigue vers la boîte à gants, à près de 7000 tr/mn.

Le pack esthétique noir est optionnel, mais il transfigure à bon compte la voiture !

Dans ces conditions, on ne peut qu’être séduit tant par la disponibilité de ce moteur – très « élastique » sur une très large plage – que par les qualités dynamiques de la voiture. Globalement, ce RS Q3 Sportback se débrouille fort bien, et il est à classer parmi les bons élèves en enfilant les virages tels des perles, avec une aisance assez déconcertante. Bien sûr, la transmission intégrale quattro, livrée d’office sur ce SUV, n’y est pas étrangère. Et ses bénéfices sont multiples, comme parvenir à digérer toute la puissance sans faiblir, tout en jugulant les éventuelles remontées de couple dans le volant. Pour faire court, quand on met « godasse », ça pousse fort, et droit, sans déperdition ! Ceci étant posé, il faut tout de même garder à l’esprit que les lois de la physique ont leurs limites et que, quattro ou pas, ce SUV reste assez lourd (1775 kg), et de surcroît plus haut perché qu’une RS4 ou RS6. Un physique de catcheur qui ne plaide pas en sa faveur, et qui n’en fera jamais une danseuse. Après, on peut comprendre votre désarroi, en vous voyant devoir faire une croix sur ce fabuleux 5 cylindres, un moteur d’anthologie qui sera amené, comme tous les autres, à disparaître au nom de l’écologie punitive. Mais si vous voulez vraiment profiter de ce moteur – et l’exploiter avec le châssis qui va bien – il vous reste toujours la possibilité de vous rabattre sur la RS3… ou le TT RS !

L’avis d’Avus

Forcément, ce RS Q3 Sportback coche plein de bonnes cases, en faisant le grand écart entre aspects pratiques, polyvalence et sportivité débridée. Mais à vouloir ratisser très large, il ne peut au final qu’offrir un compromis. Celui-ci saura combler de nombreux amateurs, mais aussi laisser insatisfait les plus exigeants. Tout dépend de vos priorités…

On aime

  • Moteur fabuleux
  • Performances élevées
  • Efficacité
  • Polyvalence à l’usage
  • Présentation flatteuse

On aime moins

  • Options trop nombreuses
  • Fiscalité punitive
  • Piège à permis !

Caractéristiques techniques Audi RS Q3 Sportback

  • Moteur : 5 cyl. turbo, 20 soupapes, 2480 cm3
  • Puissance (ch à tr/mn) : 400 à 5850
  • Couple (Nm à tr/mn) : 480 de 1950 à 5850
  • Transmission : sur les 4 roues (quattro type Haldex)
  • Boîte : S tronic à 7 vitesses
  • Freins : 4 disques ventilés
  • Pneumatiques : 255/35 R 21 (AV et AR)
  • L x l x h (en m) : 4,50 x 2,02 x 1,55
  • Poids à vide (kg) : 1775
  • 0 à 100 km/h (sec) : 4,5
  • Vitesse maxi (km/h) : 250
  • Rejets de CO2 (gr/km) : 232

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture