Audi RS Q8, Heavy Metal

Connaissez-vous le « heavy metal » ? Ce genre musical, propre à griller votre ampli et faire exploser vos enceintes, ferait passer du hard-rock pour de la petite musique de chambre. Autant dire que c’est du lourd ! C’est un peu ce qu’on se dit en prenant en main le monstrueux RS Q8 !

Texte et photos Thomas Riaud

Le Q8 est le premier SUV-coupé d’Audi et avec sa carrosserie unique, pensée dans ce seul but, c’est une réussite. En version RS, il aligne avec son V8 chipé à la RS6 des performances folles, dignes de sa carrure d’athlète, exclusive dans le moindre détail.

En bref
Version RS du Q8
Moteur : V8 biturbo de 600 ch
Performances : 0 à 100 km/h en 3,8 sec – 305 km/h
Prix (à partir de) : 154 900 €

Dès la sortie du parking souterrain, en plein cœur de Paris, non loin de la gare de Lyon, je sens en ces lendemains de victoire électorale de la folledingue Hidaldingo des regards pesants sur moi, pour ne pas dire plus. Pourtant, ma monture du jour est presque discrète dans sa sobre livrée grise (Argent Fleuret métallisé pour les puristes), et pour montrer qu’elle aime les ours polaires, elle arbore fièrement une vignette « critère 1 » sur le pare-brise ! Mais en ces temps inquisiteurs où on nous rabat les oreilles à longueur d’année à coup de « mobilités douces », « écoconduite » et autre conn… à la mode du type « autopartage » et « conduite apaisée », je sens bien que je fais désordre, seul, au volant de « mon » énooorme SUV de 600 ch. C’est vrai que pour traverser Paris, si j’en avais deux fois moins sous le pied, cela suffirait amplement. Ce qui est d’ailleurs le cas, car sans être vraiment « éco-friendly », le RS Q8 bénéficie d’une hybridation légère 48V, mais aussi de la technologie CoD (Cylinder on Demand), qui coupe automatiquement à faible charge la moitié des cylindres.

Seuils de portes et tapis de sol siglés « RS Q8 », sièges sport en cuir surpiqué et inserts en carbone véritable composent un univers autant chic que sportif. La famille va adorer ce SUV !

Pour faire simple, en roulant sagement au couple (et avec 800 Nm dès 2200 tr/mn, du couple, il y en a !), mon gros SUV se contente d’un modeste 4 cylindres, sans que l’on ne détecte quoi que ce soit. L’effort est louable, mais ce ne sera pas suffisant pour vous épargner les foudres des khmers verts qui ont pris Paris. Il est vrai que ce Q8 « un peu » spécial est tout, sauf discret. Déjà que le modèle « de base » ne passe pas vraiment inaperçu, alors une fois modifié à la sauce RS, il devient carrément ostentatoire. Mais ce n’est pas une voiture de footballeur pour autant, même s’il partage tous ses éléments techniques avec le Lamborghini Urus. On dirait un vieil ami que l’on n’a pas vu depuis un an, et qui a entre-temps fréquenté assidûment une salle de sport. Pas pour faire du « cardio » ou de la corde à sauter, mais plutôt pour soulever de la fonte ! Long (5m01), ultra-large (2m) mais pas trop haut (1m69), le très musclé RS Q8 a assurément la carrure d’un athlète.

Quoi ma gueule ?

Et tout ce qui va avec. Car avec un écart de 39 800 € avec le SQ8, qui faisait jusqu’à présent office de gros méchant de la gamme avec son V8 TDI de 435 ch, il faut bien qu’Audi arrive à justifier ce surcoût. Ainsi, outre le fantastique V8 4.0 biturbo de 600 ch capable de rugir jusqu’à 7000 tr/mn, qui anime déjà les RS6-RS7, le RS Q8 bénéficie d’une dotation de série archi-complète. Celle-ci comprend notamment la suspension adaptative pneumatique, la transmission intégrale quattro avec différentiel sport, une stabilisation active antiroulis électromécanique, un pack extérieur brillance, la clim auto 4 zones, un accès et démarrage mains libres, des sièges avant sport RS électriques et chauffants, une sellerie cuir Valcona avec surpiqûres alvéolées, une hifi Bang&Olufsen premium avec son 3D ou encore le toit ouvrant panoramique, bref des équipements en rapport avec le prix de base astronomique demandé.

Le très exclusif RS Q8 gagne encore en agressivité en soignant le moindre détail. Ses rivaux directs se comptent sur les doigts d’une seule main et sont essentiellement allemands.

Car ce dernier est fixé à partir de… 154 900 €, hors copieux malus (rejets de CO2 de 318 g/km). Et hors options, car il en reste malgré tout pas mal de disponibles, comme les jantes alliage de 23 pouces (2750 €), ou l’affichage tête haute (1750 €), sans oublier les éléments décoratifs en carbone (1200 €). Ainsi, en gagnant ces quelques « bricoles », notre modèle d’essai est affiché la modique somme de 186 750 €. Et encore, on vous a épargné les freins carbone-céramique, une plaisanterie facturée 10 500 € qui n’a, d’après nous, aucune utilité, sauf si vous allez régulièrement sur un circuit. Sauf que, dans la vraie vie, qui serait assez perturbé pour aller bousculer un SUV de 2315 kg à vide sur une piste ? Je dois avouer que l’idée m’a effleuré l’esprit, mais pour ne pas fusiller les freins et les pneus dans l’heure qui suis, je me suis contenté d’un simple essai routier. Enfin, « simple » est une façon de parler, car au volant de l’incroyable RS Q8, rien n’est véritablement « simple »…

The King of the Ring

Je me fraie donc un passage le plus gentiment du monde entre les couloirs de bus et les nouvelles pistes cyclables qui ont fleuri aux 4 coins de la capitale ces derniers temps. Autant dire qu’en ville, on a des yeux partout, tant cet engin est large… et les cyclistes indisciplinés. En fait, sous prétexte de ne pas émettre de CO2, tous se croient au-dessus des lois et « achètent » la route au mépris des règles élémentaires. Et du bon sens… Passons, car au train où vont les choses, je vois bien que c’est parti pour durer et que ça ne va pas s’arranger ! En progressant sur l’autoroute, le son du V8 devient à peine audible. En fait, le trafic est dense, si bien que je roule sur un filet de gaz un poil sous les limitations, et je n’ai pas encore pris la mesure de la démesure de cet engin. Juste derrière, collé à mon gros double échappement, se tient un autochtone en vieille Audi A3, visiblement énervé de ne pas pouvoir me doubler. Mais dès que la voie s’est enfin libérée devant moi, je ne lui ai pas laissé le temps de faire quoi que ce soit…

Une franche pression sur l’accélérateur suffit à transformer le RS Q8 en une catapulte, me satellisant en une poignée de secondes à des vitesses inavouables (0 à 100 km/h en 3,8 sec – 305 km/h maxi en pack RS). Certes, avec 600 ch sous le capot, je m’attendais à du violent, mais pas à ce point sur un engin de cette masse, capable dans les faits de faire jeu égal avec une RS6. Et bien sûr, en prenant les tours, le V8 donne enfin de la voix, surtout si on prend soin au préalable de « déconfiner les watts » en sélectionnant le mode « dynamic ». Mais des gros SUV qui accélèrent très fort, même si ça ne court pas les rues, il y en a quelques-uns sur le marché (Porsche Cayenne Turbo, BMW X6 M, Mercedes GLE Coupé 63 AMG…). Des rivaux de poids, mais peu peuvent se vanter d’offrir les qualités dynamiques du RS Q8.

Bien épaulé par une armada d’aides à la conduite permettant de repousser les lois de la physique, le RS Q8 fait une véritable démonstration de force en enfilant presque à plat, comme des perles, les courbes et virages. La caisse est bien maintenue, tant en appui qu’en cabrage, et les roues arrière directrices autorisent des inscriptions autant tranchantes que rapides, avec des sorties éclair. Le tout avec une légère mobilité du train arrière, juste ce qu’il faut pour rendre la conduite enjouée. Et en cas d’optimisme, le freinage répond toujours présent, avec une endurance et un mordant qui font plaisir à voir. Clairement, ce n’est pas pour rien si ce RS Q8 détient le record (pour un SUV) de rapidité sur la célèbre boucle Nord du Nürburgring. Avis aux amateurs : ce record tient toujours !

L’avis d’Avus

Forcément, face à une telle efficacité et débauche de technologie, on applaudit bien fort des 2 mains. Car excepté un confort un peu ferme (mais indispensable pour limiter les mouvements de caisse), mais aussi une direction assistée un poil trop légère (mais si agréable en manœuvres !) et un gabarit XXL problématique en ville ou sur petites routes (mais indispensable pour offrir une belle habitabilité !), on ne voit pas quoi lui reprocher. Pas même son prix décourageant, logique à ce niveau de prestations, ni même sa consommation gargantuesque, tout aussi cohérente vu les performances. Le plus difficile est de devoir supporter le regard envieux – ou méprisant – de ses prochains, et de réaliser que dans la France bobo-écolo de 2020, ce genre d’engin de 53 CV ne sert malheureusement à pas grand-chose, si ce n’est faire de vous un « délinquant routier » et vous attirer une foule de problèmes potentiels. Triste époque…

Caractéristiques techniques Audi RS Q8

  • Moteur : 8 cylindres en V biturbo, 3996 cm3, 32v
  • Puissance maxi (ch à tr/mn) : 600 à 6000
  • Couple maxi (Nm à tr/mn) : 800 de 2200 à 4500
  • Transmission : aux 4 roues (quattro avec Torsen), boîte Tiptronic à 8 rapports
  • Freins : Disques ventilés, étriers à 4 pistons (AV et AR), disques carbone en option
  • Dimensions L x l x h (m) : 5,01/2,00/1,69
  • Poids (kg) : 2315
  • Volume du coffre (litres) : 605
  • Pneus AV/AR : 295/40 R 22
  • Vitesse maxi (km/h) : 250 (autolimitée, 305 km/h en option)
  • 0 à 100 km/h (sec) : 3,8
  • Émissions CO2 (g/km) : 318

On aime

  • Look dément
  • Habitacle vaste et suréquipé
  • Performances et efficacité démentes

On aime moins

  • Peu discret…
  • Encombrement et poids élevés
  • Piège à permis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture