Audi S3 berline : La berline poly…violente !

L’A3 de quatrième génération s’offre quelques dérivés sympathiques, comme des versions sportives S et et RS, mais aussi une déclinaison berline, particulièrement séduisante. Surtout en S3, une variante forte de 310 ch autant polyvalente… que violente !

Par Thomas Riaud, photos Thomas Riaud

En bref
Quatrième génération d’Audi A3
Seconde génération de berline A3
Version S3, 2.0 TFSI de 310 ch
Performances : 0 à 100 km/h en 4,8 sec -250 km/h

Dois-je m’en réjouir ? Je suis déjà ce que l’on peut appeler un « vieux de la vieille », et de mon temps, une auto de 130 ch (pour 8-9 CV) posait déjà son homme, et approcher la barre symbolique des 200 ch faisait de vous un héros des temps modernes. Alors imaginez 300 ch ! C’est pourtant un niveau que surclasse la dernière S3, qui affiche pile poil 310 ch. Mine de rien, ce sont quelques 100 ch de plus que sur la première génération de S3, apparue voilà une bonne vingtaine d’année (1999), un modèle qui régnait alors sans partage à l’époque sur le marché des berlines compactes premium.

Aujourd’hui, en 2022, l’Audi S3 n’est plus seule. Outre la BMW M 135i (306 ch), comptons la Cupra Leon 2.0 TSI (300 ch), la Ford Focus ST (280 ch), la Mercedes A 35 AMG (306 ch), la Renault Mégane RS (300 ch) et les cousines Volkswagen Gof GTI Clubsport (300 ch) et Gof R (320 ch). Ca commence à faire beaucoup de monde ! Mais seule l’A3 laisse le choix des armes entre la classique carrosserie Sportback (80% des ventes), et la plus confidentielle berline 3 volumes que nous vous présentons ici. Côté performances pures, c’est kif-kif, et la berline aurait même tendance, grâce à son coefficient de trainée plus favorable, à gratter quelques km/h en vitesse maximale… bien que celle-ci reste bridée à 250 km/h. Ca peut paraître mesquin, mais rouler à cette allure en France serait déjà inespéré. Là, je rêve…

La berline chic…

Sur la forme, la nouvelle S3 berline conjugue élégance et sportivité. Plus longue de 16 cm que la Sportback, la berline séduit par sa ligne parfaitement homogène, la malle arrière ne faisant pas du tout « pièce rapportée », bien au contraire. En l’observant dans le détail, on remarque que rien n’a été négligé, jusqu’à la parfaite intégration d’un discret aileron de coffre, en carbone sur notre version. Et de profil, la ligne en arc-de-cercle est fluide et très réussie ! Bien sûr, ceci est encore davantage le cas dans cette déclinaison S3, qui bénéficie d’un châssis abaissé de 15 mm, mais aussi de jantes larges Audi sport de 19 pouces, d’une calandre Singleframe à nid d’abeille, des jupes latérales profilées et de boucliers spécifiques. A l’avant, tout est fait pour « inspirer », et gaver en air frais la salle des machines et les freins, via des prises d’air et des écopes. A l’arrière, c’est le contraire, on « expire », avec un diffuseur d’air profilé, parfaitement intégré dans le prolongement du fond plat. Evidemment, la teinte rouge de notre exemplaire d’essai rehausse la sportivité de l’ensemble, et change des traditionnels gris, blancs ou noirs. Du rouge, on en trouve par petites touches dans l’habitacle, sur les surpiqûres des sièges baquets en cuir, mais aussi jusque sur la planche de bord ou les contre-portes. La finition est superbe, et pour souligner la vocation sportive de cette S3, des inserts en carbone véritable sont aussi proposés sur notre modèle d’essai « full options ».

…et tonique !

Une fois installé à bord, on trouve vite ses repères en prenant les commandes de cette S3. Outre l’inévitable Audi Drive Select, permettant de paramétrer les réglages de la voiture, la S3 bénéficie de compteurs digitaux (virtual cockpit) présentant un affichage spécifique. Parfaitement calé dans des sièges sport très enveloppants, petit volant à méplat bien en main, me voilà fin prêt à en découdre, levier de vitesses calé sur « drive », la boîte S-tronic à 7 rapports étant ici la seule transmission disponible. Un ensemble aussi rapide qu’efficace, couplé d’office avec la transmission intégrale quattro (avec un Haldex de 5ème génération). Seul bémol : Audi s’entête à mettre de petits palets solidaires du volant pour passer les vitesses en mode manuel. En ligne droite, c’est très bien. Mais quand ça tourne fort, cela complique les choses ! Il serait préférable, de notre point de vue, de mettre de grands palets fixés à la colonne de direction, afin que ces-derniers demeurent toujours à « 10h10 »… même quand on tourne ! Fermons la parenthèse…

C’est d’autant plus dommage que ce 2.0 TFSI, plein comme un œuf dès les plus bas-régimes, fait preuve d’une vitalité débordante, et incite à rouler fort. Il est vrai qu’avec pas moins de 400 Nm disponibles dès 2000 tr/mn, ce bloc ne manque de rien ! Plaisant en mode « normal », il devient par ailleurs bien plus communicatif et volontaire lorsque l’on sélectionne le mode « dynamic », qui agit de concert sur la réponse à l’accélérateur, mais aussi sur la gestion de la boîte, les amortisseurs (hydrauliques et actifs) ou la sonorité à l’échappement. Enfin, aux 4 sorties d’échappement devrais-je dire, la S3 étant naturellement bien pourvue dans ce domaine ! Il suffit d’écraser franchement l’accélérateur pour sentir instantanément une poussée franche et virile comme on aime. Ca tire bien sur les bras jusqu’à plus de 6000 tr/mn, avant de passer en un clin d’œil la vitesse supérieure. Les accélérations sont plus que convaincantes, assez pour rester sous les 5 secondes sur l’exercice du 0 à 100 km/h (4,8 sec), et ce, malgré un poids supérieur à 1500kg. Le plus surprenant est qu’on accélère comme une brute sans se poser trop de questions, la transmission quattro verrouillant avec une rare efficacité la voiture au sol. Presque trop penseront certains, auxquels nous ne saurions que trop recommander d’aller voir du côté de la grande sœur RS3, qui se dote d’un mode « drift » inédit pour faire justement glisser le train arrière. C’est une autre école… et encore un autre monde avec un budget en rapport !

L’avis d’Avus

Autant belle que rebelle juste comme il faut, cette berline sportive coche toutes les bonnes cases pour séduire une petite famille, soucieuse de son confort mais adepte de sensations fortes, et souhaitant se démarquer des traditionnelles versions S3 Sportback. Et par bien des aspects, cette « sedan » survitaminée nous rappelle la regrettée RS4 B7, la seule proposée en son temps en berline. Reste que si son prix fixé à partir de 57 290 € n’est déjà pas à la portée de toutes les bourses, il faudra en plus, en France, composer avec un malus qui pique toujours davantage… et de nombreuses options devenues « obligatoires ».

On aime

Ligne séduisante
Qualité de fabrication – ergonomie
Performances élevées
Facilité et efficacité

On aime moins

Palets solidaires du volant
Comportement peu joueur
Trop d’options !
Malus déprimant…

Caractéristiques techniques : Audi S3 « Mk4 » berline, (modèle 2022)

Moteur : 4 cylindres turbo de 1984 cm3, injection directe
Puissance (ch à tr/mn) : 310 à 5450
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 400 à 2000
Transmission : aux 4 roues (quattro)
Boîte S-tronic à 7 rapports
Freins : 4 disques ventilés, ABS
Pneus : 225/40 R 18
Dimensions (L x l x h) en m : 4,51 x 1,81 x 1,43
Poids à vide (kg) : 1505
Coffre (litres) : 340 (1180 banquette rabattue)
Réservoir (litres) : 55 litres
Performances
0 à 100 km/h (sec) : 4,8
Vitesse maxi (km/h) : 250

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture