La genèse du quattro : Portrait de Ferdinand Piëch

Le dernier empereur

Rares sont les industriels à réunir des talents de visionnaire, doublés de celui d’entrepreneur et d’ingénieur. Le très charismatique Ferdinand Piëch, qui a su hisser Volkswagen au sommet, avait un peu de tout ça en lui. Celui qui a été le dernier empereur en automobile a tiré sa révérence le 25 août 2019. Retour sur le parcours d’un homme d’exception…

Quel est le point commun entre André Citroën, Giovanni Agnelli ou Henry Ford ? Tous furent de remarquables capitaines d’industrie, qui ont chacun marqué durablement l’automobile. Mais pour être exhaustif, il conviendrait d’ajouter Ferdinand Piëch, qui est peut-être le plus génial d’entre eux. Il est vrai que jamais il n’a fait mentir l’adage « bon sang ne saurait mentir »…

Dr Piech chez audi

Né en Autriche en 1937, Ferdinand Piëch n’est autre que le neveu du tout aussi génial Ferdinand Porsche, à qui l’on doit les Auto Union de course, mais aussi la légendaire Coccinelle ou encore la première Porsche 356. Ce n’est donc pas tout à fait par hasard que Piëch s’est rapidement orienté vers l’automobile. Avec un certain brio, au point de concevoir le brillant Flat 6 de la célèbre 911. Mais malgré ces nombreuses qualités, qui font vite ombrage à Ferry, le fils de Ferdinand, Piëch sent qu’il n’est pas né dans la bonne branche de la famille et se heurte rapidement à un « plafond de verre ». Il est vrai que le bouillonnant Piëch est ingérable, car lorsque ce brillant ingénieur a une intuition, il la suit et va jusqu’au bout. Quitte à désobéir à son oncle et à mettre en péril les finances de l’entreprise…

Dr Piech et sa femme
Ferdinand Piëch et Ursula, son épouse, dans les allées d’un salon automobile, dans un hall regroupant les marques de l’empire Volkswagen.

C’est ce qu’il s’est passé lorsque, en tant que directeur sportif de Porsche, il développe dans le plus grand secret à la fin des années 60 l’incroyable sport-prototype 917. Il fait aligner la trentaine d’exemplaires assemblés dans la cour de l’usine pour les présenter à son oncle qui, devant le fait accompli, entrera dans une colère monstre. Piëch est alors remercié sans préavis… et l’avant-gardiste 917, engagée au plus haut niveau en compétition, s’adjugera toutes les victoires, y compris les 24 H du Mans, permettant à Porsche de rebondir au-delà de ses espérances ! Cette éviction brutale et injuste est sans doute à l’origine de l’insatiable appétit que Piëch développera tout au long de sa carrière, animé par un esprit revanchard. Mais il part de loin…

15 millions Dr-Piech
En 1994, Piëch est au sommet de sa carrière, en étant devenu président du directoire du groupe VW. Un groupe qu’il hissera à la première place mondiale…

Sa traversée du désert débute en 1972. Il est nommé directeur technique chez un jeune constructeur sans envergure du nom d’Audi, une marque relancée en 1965 par Volkswagen pour concurrencer Ford et Opel. Mais le Docteur Piëch voit bien au-delà… Pas à pas, notre homme va donner à Audi tout ce qu’il faut pour se hisser au niveau de BMW ou Mercedes. Et même de les surclasser, en lançant l’innovante quattro, une auto de tourisme sportive dotée d’un étonnant moteur 5 cylindres turbo, et surtout d’une transmission intégrale permanente, qui va révolutionner la catégorie. Pour en faire la démonstration, il fera engager la voiture en compétition, qui gagnera tout, comme une certaine 917 quelques années auparavant ! Cette montée en gamme, fulgurante, sera soutenue par les lancements successifs de modèles à succès (A3, A4, A8, TT…), ce qui permettra à Piëch de gravir les échelons, au point de devenir en 1993 Président du directoire du groupe Volkswagen. Un groupe qu’il va progressivement hisser à la première place sur l’échiquier mondial, devant General Motors ou Toyota…

Ferdinand Piech et sa femme

Pour ce faire, ce fin tacticien va optimiser les synergies entre les marques et rationaliser la production en mettant en commun les plateformes et un maximum d’organes, dont les moteurs et boîte de vitesses. Et pour donner encore plus de sens à cette démarche et augmenter les profits, l’ogre Piëch va multiplier les coups d’éclats et les achats d’envergure. Il souffle ainsi Skoda à Renault, puis absorbe dans la foulée Seat puis Lamborghini, s’adjuge Bentley et fait renaître Bugatti. On assiste à une débauche de moyens, et rien ne semble impossible pour le groupe Volkswagen. Un brin mégalo, Piëch tire VW vers le haut avec les Phaeton et Touareg, fait tutoyer l’exception à Bugatti, avec la délirante Veyron, une supercar à plus de 2 millions d’Euros animée par un W16 quadri-turbo de 1001 ch lui permettant de dépasser les 400 km/h et, délice suprême, il parvient à mettre enfin la main sur Porsche. Autant de trophées que l’on peut admirer dans un parc d’attractions unique en son genre, avec des pavillons dédiés aux marques de l’empire Volkswagen, l’incroyable Autostadt (voir Avus n°53).

Dr Piech

Poussé vers la sortie du directoire de VW en mai 2015, il évite de peu le scandale du « dieselgate », qui éclate seulement 4 mois plus tard. Ferdinand Karl Piëch restera dans les mémoires comme étant l’orfèvre de voitures de course surdouées, qui ont chacune marqué leur époque (Porsche 917, Audi quattro…), mais aussi comme l’artisan de la renaissance spectaculaire d’Audi, au point d’égaler Mercedes et BMW, sans oublier le développement tentaculaire du groupe Volkswagen. En plus de son épouse, cet homme d’exception, dernier monstre sacré de l’automobile, laisse derrière lui 12 enfants, de nombreux chefs d’œuvre dans son garage hors-norme, garni de multiples prototypes improbables (dont une RS2 berline !)… et une fortune personnelle estimée à 1,1 milliard d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture