A5 restylée : le jeu des 7 erreurs…

En étant étroitement dérivée techniquement de l’A4, qui vient juste de connaître une profonde mise à jour, notamment sur le plan esthétique, il est logique que ce soit désormais au tour de l’A5 de connaître les mêmes changements. Et c’est toute la famille qui y passe : le coupé, le cabriolet et la Sportback ! Les changements, bien que nombreux, restent bien plus discrets que sur la berline A4, si bien qu’il faudra avoir un œil averti pour les remarquer. Les A5 reçoivent ainsi de nouvelles calandres biseautées, à l’aspect plus plat et un peu plus large. Les grilles préfèrent le nid d’abeilles aux lamelles.

Comme sur les dernières A1 et RS6, il y a des fentes façon coupé quattro, mais elles sont ici intégrées au contour de la calandre. Les optiques ne changent pas de forme, elles ont en revanche de nouvelles signatures lumineuses à LED.Les boucliers ont été redessinés, avec notamment à l’arrière un nouveau diffuseur qui intègre des sorties d’échappement trapézoïdales. Le restylage s’accompagne d’une nouvelle teinte de carrosserie, le « vert district », et de jantes au dessin inédit. L’habitacle, subtilement retouché, bénéficie d’un écran d’ordinateur de bord central plus gros et désormais tactile, intégrant les technologies les plus récentes d’Audi en la matière.

A5 restylee

Par exemple, il reprend le fameux système Car-to-X d’Audi permettant en théorie de gagner du temps dans les trajets urbains grâce à une liaison avec l’ordinateur central de la ville commandant les feux de circulation. Au rayon mécanique, excepté la disparition des versions S essence au profit de variantes S TDI (347 chevaux et 700 Nm), il n’y a aucun gros changement à noter sous le capot de l’Audi A5 restylée. Elle offre donc quatre moteurs diesel d’une puissance de 136, 163, 190 et 231 chevaux, mais aussi trois blocs essence de 150, 190 et 245 chevaux, dotés tout de même pour la première fois d’une hybridation légère avec un alterno-démarreur censé faire économiser 0,4 l/100 km. Quant à la sportive RS5, elle culmine à 450 ch avec son V6 2.9 biturbo. Les prix sont encore inconnus, mais les commandes seront lancées au cours de l’automne, tandis que les premières livraisons se feront début 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture