Avenir d’Audi : des SUV et des watts !

Nous avons eu le privilège d’être invités le 15 mars dernier à la dernière grande assemblée générale d’Audi, au forum d’Ingolstadt. Rupert Stadler, le boss de la marque aux anneaux, a d’emblée avoué que l’année à venir allait être difficile, en raison des effets du « dieselgate », dont on ne mesure pas encore pleinement l’impact. Malgré ce boulet, néfaste tant pour l’image que pour les finances, la marque culmine sur l’exercice 2017 à plus de 1,88 millions de voitures vendues dans le monde, avec une progression sur presque tous les marchés. Mieux, malgré ce contexte difficile, Audi a vu son bénéfice d’exploitation bondir de plus de 50% en 2017 à 4,67 milliards d’euros, en raison notamment d’économies dans le développement et dans les activités commerciales et d’une baisse des coûts liés au scandale diesel, pour lequel le constructeur a provisionné 387 millions d’euros contre 1,8 milliard en 2016. La marque a par ailleurs réduit ses coûts d’un milliard d’euros l’an dernier, dans le cadre d’un programme d’économies de 10 milliards d’euros d’ici 2022, pour libérer des ressources pour le développement de véhicules électriques. Nous avons eu le privilège d’être invités le 15 mars dernier à la dernière grande assemblée générale d’Audi, au forum d’Ingolstadt. Rupert Stadler, le boss de la marque aux anneaux, a d’emblée avoué que l’année à venir allait être difficile, en raison des effets du « dieselgate », dont on ne mesure pas encore pleinement l’impact. Malgré ce boulet, néfaste tant pour l’image que pour les finances, la marque culmine sur l’exercice 2017 à plus de 1,88 millions de voitures vendues dans le monde, avec une progression sur presque tous les marchés. Mieux, malgré ce contexte difficile, Audi a vu son bénéfice d’exploitation bondir de plus de 50% en 2017 à 4,67 milliards d’euros, en raison notamment d’économies dans le développement et dans les activités commerciales et d’une baisse des coûts liés au scandale diesel, pour lequel le constructeur a provisionné 387 millions d’euros contre 1,8 milliard en 2016. La marque a par ailleurs réduit ses coûts d’un milliard d’euros l’an dernier, dans le cadre d’un programme d’économies de 10 milliards d’euros d’ici 2022, pour libérer des ressources pour le développement de véhicules électriques.

Et les effets de cette nouvelle politique ne vont pas se faire attendre bien longtemps. Audi prévoit ainsi de lancer pas moins de 20 modèles électriques ou hybrides d’ici 2 à 3 ans (dont certains en collaboration avec Porsche), dont une grande majorité de SUV, ce segment continuant une insolente progression sur presque tous les continents. La première voiture clé de cet ambitieux plan sera l’e-tron quattro, un SUV 100% électrique présenté camouflé début mars au dernier salon de Genève. Rupert Stadler a par ailleurs déclaré qu’Audi pourrait progressivement arrêter la commercialisation des versions diesel de ses modèles compacts, en commençant avec l’A1 (renouvelée cette année), alors que la part des SUV à motorisation diesel pourrait continuer à augmenter dans les années à venir.

D’ailleurs, le prochain Q8, qui sera dévoilé officiellement à Shanghai en juin prochain, restera fidèle aux gros moteurs diesels. En dépit de nombreuses incertitudes, Audi se veut rassurant pour l’année 2018, grâce au renouvellement progressif de modèles phares, comme le Q3 ou l’A6. « D’ici 2019, nous aurons probablement le portefeuille de modèles le plus jeune du segment haut de gamme », a dit le président du directoire, Rupert Stadler. « Cela aura bien sûr un impact ». Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher une voiture